Publié par : juliejbenamerique | 6 novembre 2009

Peurs et fontes de glaces

La Cordillère Blanche

La Cordillère Blanche

Une semaine à Lima, on a des fourmis dans les jambes.  Cap sur Huaraz, à plus de  3000 mètres d’altitude. La ville pullule de montagnards, ou plus précisment d’andinistes. Pas le temps de gravir les sommets enneigés. Nous devons être au plus tôt en Bolivie pour les élections et notre agenda est bien chargé.

Un arbre ne poussant qu'ici: le Puyaraimundi

Un arbre ne poussant qu'ici: le Puyaraimundi

Notre balade sera bien plus modeste. Notre seul objectif de la journée, après un trajet en bus de nuit faut bien dire, est de monter la colline surplombant Huaraz. Un vigile nous assure que le chemin à travers les « barrios » est sûr. Mais une vingtaine de kilomètres plus tard un jeune homme nous prévient : « Vous allez là haut ? Vous êtes Français? » Et de poursuivre que c’est dangereux. Si on se décide de grimper, il serait préférable de prendre un raccourci plus direct, etc.

Au sommet, gelés...

Au sommet, gelés...

On passe outre, pas rassurés. Nous croisons un couple bras dessus-dessous sur le chemin. Ils nous paraissent étranges. Ils jouent sûrement la comédie et s’apprêtent à voler notre appareil. Nos craintes peut-être fondées mais demesurées auront raison de notre balade. Nous rebroussons chemin.  Nous ne verrons pas les pics enneigés surplombant la ville. Leur contemplation est reportée au lendemain.
Nous préparons un article sur le réchauffement climatique. Pour ceux qui n’ont pas lu le précédent post, le glacier de la Cordillère Blanche fond à vue d’œil.

Des huttes de berger à plus de 4000 mètres d'altitude

Des huttes de berger à plus de 4000 mètres d'altitude

Nous rencontrons donc Jésus, glaciologue, qui nous mène sur ses sommets.  Nous nous sentons un peu coupable de traverser ses grandes étendues sauvages en Pick-up. Mais à l’arrivée à 5.000 mètres d’altitude la mauvaise conscience s’est envolée tant chaque mètre est un effort.  Un lac s’est formé là oú il n’y avait qu’un glacier il y a seulement deux ans.

En contrebas, une usine continue de rejeter du plomb dans les rivières tandis que le gouvernement ferme les yeux et préfère communiquer sur le reboisement.

JB


Responses

  1. Sur la photo vous êtes « gelés » mais souriants, on est rassurés !
    Mais au fait qui prend la photo ? Il n’est pas parti en courant avec l’appareil ?

  2. Toujours pour les photos, il ne serait pas possible d’en déposer une de temps en temps avec une meilleure définition ? Pensez à nos fonds d’écran …

    • Bonjour à tous! Petit à petit nous copions toutes nos photos sur Picasa, bientôt nous vous enverrons les liens des albums! Impossible de mettre des photos en meilleure qualité sur ce blog, surtout quand on a une connexion ultra-bas-débit comme c’est le cas ici… Et rassurez-vous, le photographe du glacier était Jesus, notre glaciologue. De toute façon impossible de courrir à 5.000 mètres d’altitude! Merci à tous pour vos commentaires encourageants! Julie

  3. Vous êtes trop beaaaaaaaaaaux, trop la classe!
    gros bisous


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :