Publié par : juliejbenamerique | 24 janvier 2010

Rencontre sous haute surveillance avec les Mapuche

Le lonko de la communauté de Temucuicui

On nous aura rarement autant mis en garde. Lorsque nous expliquons que nous souhaitons réaliser un reportage sur les Indiens Mapuche du Chili, les réactions sont toujours les mêmes: « C’est vraiment intéressant, ils ont résisté aux Incas et aux Espagnols. Mais faites attention, hein, quand même. Des journalistes qui travaillaient sur le sujet ont été arrêtés pour complicité de terrorisme… »

Afin de mettre toutes les chances de notre côté, nous rencontrons Marcello, un ami de Franco, militant de gauche en lien avec plusieurs organisations sympathisantes avec les Indiens. Il nous met lui-même en relation avec le chef d’une communauté dans le collimateur du gouvernement. Rendez-vous est pris par téléphone, nous rebroussons chemin d’une centaine de kilomètres vers le Nord pour Temuco.

Mijael pose devant les terres que la communauté veut récupérer

Temuco, l’attente

Nous attendons tous les trois Mijael Carbone, le werken (leader) de la communauté de Temucuicui, dans un restaurant indien de Temuco. Lorsqu’il entre, ce grand gaillard de 21 ans scrute les autres tables avant de s’installer à la nôtre. JB l’avait trouvé distant au téléphone, il nous explique que son portable est sur écoute. Il ne peut nous donner le feu vert pour un reportage, pas même pour une interview, avant d’en savoir un peu plus sur nous. Nous lui montrons des photocopies de nos articles et nos cartes de presse, qu’il prend en photo. Même le passeport de Cécile est passé au crible. Il s’excuse de cette méfiance, mais, dit-il, des enquêteurs des services secrets chiliens se sont déjà fait passés pour des journalistes.

Nous patienterons une journée entière à Temuco en l’attente de son accord… La ville ne débordant pas d’intérêts touristiques, nous tuons le temps au cinéma: Avatar et Où sont les Morgan? nous aident. Un jour de plus et nous aurions échoué dans la salle d’Alvin et les Chipmunks

La fille de Mijael, qui a tenu à accompagner son papa toute la journée...

Dans la communauté « la plus violente du Chili« 

Ouf, Mijael nous donne le feu vert. Lorsque nous le retrouvons à Ersilla, la « ville » la plus proche de Temucuicui, il est nettement plus détendu. Après divers détours, nous parvenons enfin à sa maison, petite cabane de bois d’une seule pièce où il vit avec sa femme et sa petite fille de 2 ans.

Au fur et à mesure de son interview et de notre « visite guidée », nous remarquons la présence policière massive autour de la petite communauté, et nous en apprenons un peu plus sur ce village taxé de terroriste par le gouvernement chilien et qui luttera « à tous jamais » pour  la récupération de ses terres.

Le lonko, le chef spirituel, qui nous offre des verres d’eau accompagnés de farine, nous affirme que toute la communauté poursuivra le combat, jusqu’à la victoire. L’arrivée de la droite au pouvoir au Chili risque d’accélérer leur prise d’armesPourtant, alors que les hommes sont sortis de la maison familiale, sa femme nous avoue, à Cécile et moi, que ses fils qui ont étudíé la médecine à Cuba ou la comptabilité à Conception ne veulent plus combattre pour les terres de Temucuicui… Mijael, à seulement 21 ans, n’envisage pourtant pas une autre vie. « Depuis tout petit je vois les hélicoptères de la police, nos frères blessés dans les manifestations, les familles brisées par la prison« , raconte-t-il.

Julie


Responses

  1. Très intéressant. Est-ce que vous pourrez nous en dire un peu plus?

  2. Sacré expérience !!!

    Mais elle est où la suite de l’article, vous nous mettez l’eau à la bouche et… ça s’arrête là.

    Dites moi, que vous rédigez un truc là-dessus, parce que les Mapuche… très très bon !!!

    La bise,

    Florian

    • Merci pour votre intérêt! Nous essayons de vendre un article, et quoi qu’il en soit, vous aurez un papier sur Youphil sous peu sur le sujet! Nous vous mettrons le lien dès que c’est fait! Bises, Julie

  3. c’est clair trop l’eau à la bouche, c’est l’intro là non??
    bravo en tous cas
    bisous


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :