Publié par : juliejbenamerique | 18 février 2010

Ushuaïa, voyage au bout du monde

Une épave dans le port d'Ushuaïa

Ushuaïa. Le nom seul fait rêver. Le bout du bout de la Patagonie, et de l’Amérique entière. Les voyageurs en reviennent souvent déçus, nous avons pourtant décidé d’y aller. Il faut dire que quand on voyage un an, on n’est pas à 12 heures de bus près. Nous repassons donc pour la 3ème fois la frontière Chili-Argentine. JB compte, anxieux, les quelques pages libres sur son passeport… Ira-t-il au bout du voyage? S’il continue de tomber sur des douaniers compréhensifs qui tamponnent à côté de la Syrie ou de la Chine comme il le leur indique, il ne devrait pas y avoir de problème.

L'incontournable photo de la "fin del mundo"

Nous arrivons à Ushuaïa tard le soir, sous un ciel noir. Nous sommes fatigués, tous les hôtels sont pleins… Ouf, on finit par trouver un toit. Dès le lendemain, sous un soleil radieux, nous parcourons la « ville la plus australe du monde ». De petits chalets de bois, un port entouré de montagnes enneigées, et de petites îles vertes à l’horizon. Ushuaïa prête à l’évasion, c’est certain. Les publicités pour les « excursions » en Antarctique nous font d’ailleurs bien envie. JB évoque même les Malouines, mais non c’est décidé, pour des questions de budget et d’envies, nous n’irons pas plus au Sud.

Le phare des Eclaireurs, dans le Canal Beagle

Peut-être parce que dès le lendemain, le temps se gâte, peut-être parce que nous en avons marre du froid, de la pluie et du vent, peut-être parce que notre randonnée chilienne nous a épuisés, nous renonçons à visiter le parc national. Nous nous contentons du téléphérique qui offre une vue panoramique sur la baie, et d’une balade en bateau d’une journée dans le Canal Beagle, sous la pluie.

Notre première colonie de pingouins: un spectacle émouvant

Il fait si froid sur le pont que nous ne sortons que pour les « attractions »: le phare des Eclaireurs, et surtout, surtout, notre première colonie de lions de mer et de pingouins. Le bateau s’approche si près que l’on participe quelques instants à la vie de ces étranges communautés.

De bons chocolats chauds, un hotel aux canapés chaleureux, des centaines de photos d’animaux: nous n’avons pas été très aventuriers à Ushuaïa, mais nous avons saisi, pendant quelques jours, le grand air du bout du monde.
Julie

Les lions de mer affalés sur leur rocher

Un manchot se lance à l'eau...


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :